EN | FR | UA | RU
Visitez notre Clinique
19-А, rue M.Kryvonosa, Kyiv
Appelez-nous
‎+(380) 445 377 597
Envoyez un message
info@ivf.com.ua
Les heures de travail
Lun – Ven : 8AM - 8PM

La fécondation in vitro (FIV)

La fécondation in vitro (FIV) est une technique de traitement de la stérilité, quand toutes les étapes de conception et du développement embryonnaire précoce ou certaines d’entres elles se sont réalisées en dehors du corps de la femme. (coût des services)

Les principales indications pour l’exécution des techniques de technologies de reproduction assistée (ART) sont :

  • l’infertilité tubaire, péritonéale ;
  • l’endométriose ;
  • le syndrome des ovaires polykystiques et d’autres formes hormonales de l’infertilité, où vous ne pouvez pas atteindre l’ovulation (libération de l’ovule) par l’utilisation de médicaments ;
  • l’infertilité immunologique ;
  • L’infertilité masculine est la réduction d’un ou plusieurs indicateurs de sperme : la concentration de spermatozoïdes dans 1 ml de sperme, la réduction de la fréquence de spermatozoïdes mobiles, l’augmentation du nombre de formes pathologiques de spermatozoïdes ;
  • l’infertilité inexpliquée.

Etape 1

Les consultations, la préparation pour le cycle

TLa première étape de contact avec les patients de la clinique est le premier accueil. Lors de cette rencontre avec le médecin, ils décident de la tactique du traitement.

Le médecin ne vous recommande pas obligatoirement la procédure de la fécondation in vitro. Mais habituellement, le traitements général a déjà été essayé par les patients.

La décision de suivre la technique de traitement ART est prise par le médecin et par le couple en se basant sur une combinaison de facteurs:

  • l’âge de chaque membre du couple ;
  • le diagnostic du mari et de la femme ;
  • la durée de l’infertilité ;
  • les résultats du traitement précédent.

 
Nous recommandons d’avoir les résultats d’examens suivants pour la consultation initiale:

Femme Homme
Hormones : FSH , LH, AMH  
L’examen complet des infections urogénitales (chlamydiae, IgG, IgM, mycoplasme (M. Hominis), uréoplasme (U. Urealiticum), culture bactériologique). Les résultats sont valables pendant 6 mois en cas d’absence de pathologie. Spermogramme (délai d’abstinence de 3 à 4 jours)
Echographie pelvienne le 5e ou 7e jour du cycle menstruel.  
Le frottis du col utérin pour cytologie + colposcopie. Valables pendant 1 ans s’il n y a pas de changements.  
Mammographie  
Le VIH, la syphilis (TPHA), l’Hépatite B (HBsAg) et C (valables pendant 3 mois), la détermination du groupe sanguin, du facteur Rh. Le VIH, la syphilis (TPHA), l’Hépatite B (HBsAg) et C (valables pendant 3 mois), la détermination du groupe sanguin, du facteur Rh.
L’avis du généraliste sur l’état de la santé physique et sur l’absence de contre-indications de la grossesse (avec le cachet et la signature).  

Après la consultation initiale, le médecin peut prescrire des examens supplémentaires (comme : immunogramme, caryotype, etc.) ou de manipulation (hystéroscopie, l’examen de la perméabilité tubaire, etc.)

Etape 2

La technique ART

Après l’examen et les consultation, dans le cas de co-décision, le médecin prescrira le traitement du patient.

La technique ART comprend les étapes suivantes :

  • L’hyperstimulation ovarienne contrôlée ou la préparation de l’endomètre pour le transfert des embryons préalablement congelés/décongelé ;
  • La ponction folliculaire pour obtenir les ovocytes ;
  • La fécondation des ovocytes ;
  • La culture d’embryons ;
  • Le transfert d’embryons ;
  • Le soutien de phase lutéale ;
  • Le diagnostique de la grossesse.

2.1. Hyperstimulation ovarienne contrôlée

Cette étape est réalisée selon quelques protocoles communs. Malgré les approche standards, la prescription de chaque protocole est assez individuel et dépend de nombreux facteurs (l’âge du patient, les résultats du bilan hormonal, les données des cycles précédents, etc.) Les protocoles le plus répandus sont les suivants:

2.1.1. « Le Protocole Long »

TC’est le protocole de base, grâce auquel 85 % des cycles de traitement sont effectués. Habituellement, on commence par une introduction de la préparation Diferelin Depot au 19e ou 24e jour du traitement (analogues : Decapeptil, Zoladex, l’acétate de Buséréline, etc.) La particularité de ce médicament (Depot) est que son effet dure 28 jours. Après une seule administration de ce médicament les règles commencent à temps.

14 ou 16 jours après l’injection, commence la stimulation par les gonadotrophines (Gonal- F, Puregon, Menopur, etc), les médicaments qui provoque la croissance folliculaire. Avant de prescrire les gonadotrophines il faut être sûr de l’efficacité du médicament (Depo). Pour cela, la patiente fait une échographie et une test sanguin pour Oestradiol.

Si l’échographie et l’oestradiol demontrent l’efficacité de la première injection, alors commence la stimulation gonadotrope, sinon, la patiente fait quelques examens supplémentaires ou l’administration de gonadotrophines sera retarder pour quelques jours. Le dosage initiale de gonadotrophines est sélectionné entre 150 à 300 unités par jour, en fonction de l’état des ovaires, les résultats des traitements antérieurs, les taux d’hormones dans le sang et de l’âge.

La prochaine visite à la clinique est fixée 5 ou 8 jours plus tard, après le début de l’administration de gonadotrophines. Par la suite, le médecin ajuste la dose de gonadotrophines selon les résultats de taux d’oestradiol et de l’échographie. Après que les follicules ont atteint 16 ou 18 mm de diametre, on prescrit à la patiente le médicament qui favorise la maturation de l’ovule (Ovitrel, Pregnil, Horagon etc.)

Ce médicament doit être administré 32 ou 36 heures avant la ponction folliculaire.

 

2.1.2. « Le protocole court »

Il est principalement utilisé chez les patientes avec une mauvaise réponse des ovaires. Il commence au 2e ou 5e jour du cycle menstruel avec l’introduction du Diferelin pour une administration quotidienne (0,1 mg), et dure 3 jours (appelé « ultra – protocole ») jusqu’à la prescription de l’Hcg(Ovitrel etc.) Dans ce cas, l’introduction de gonadotrophines commence du le 3e jour du traitement. Dans certaines situations, il prescrit au 10e ou 12e jour du traitement les antagonistes LH -RH (Tsetrotid, Orgalyutran) pour prévenir l’ovulation prématurée de follicule.

Actuellement, la prescription du protocole « court » avec l’utilisation des agonistes est moins soutenue, l’utilisation d’agonistes est limitée, pas plus de 3 jours. Après que les follicules ont atteint 16 ou 18 mm de diametre, on prescrit à la patiente le médicament qui favorise la maturation de l’ovule (Ovitrel, Pregnil, Horagon etc.)

Ce médicament doit être administré 32 ou 36 heures avant la ponction folliculaire.

Le protocole ultracourt

2.1.3. Le protocole antagoniste

Pratiquement il représente la copie du protocole court ou ultracourt sans utiliser les agonistes.

2.1.4. “Le cycle naturel”

Il est utilisé chez les patientes avec la « mauvaise » réponse ovarienne sur une hyperstimulation ovarienne contrôlée, mais avec la préservation de la genèse folliculaire naturelle, c’est à dire chez les patientes avec ou sans l’utilisation de gonadotrophines nous réussissons à obtenir 1 á 2 ovocytes. Le monitorage échographique et hormonal se font au 7e ou 8e jour du traitement. Dans certaines situations, la prescription de médicaments se fait pour le développement du follicule et pour prévenir l’ovulation prématurée.

En 28 ou 32 heures avant la ponction, les médicaments qui favorisent la maturation des ovocytes se font administrés.

2.1.5. Le transfert d’embryons décongelés

En présence d’embryons congelés obtenus lors des cycles précédents, il est conseillé de les transférer. Le transfert d’embryons congelés permet d’éviter une hyperstimulation ovarienne contrôlée et la ponction folliculaire. Le protocole standard pour la préparation de l’endomètre avant le transfert d’embryons  » cryo  » ressemble au protocole « long » et commence par une introduction d’agoniste au 19e ou 24e jours du cycle. Après les règles, on prescrit les œstrogènes (Progynova, Estrofem, Divigel, etc.), et 5 ou 7 jour après on introduit des progestines (Progestérone Utrogestan, Duphaston) et on effectue le transfert d’embryons pré-décongelés. Contrairement au stéréotype, l’efficacité du transfert d’embryons décongelés ne cède presque pas à l’efficacité des cycles classiques.

 

2.2 La ponction folliculaire (d’ovocytes)

La ponction folliculaire se fait 32 ou 36 heures après l’administration du médicament d’Hcg (Ovitrel, Pregnil, Horagon). Habituellement, une injection se fait administrer à 23:00 pour effectuer la ponction un jour après et le matin. La ponction est faite à jeun. Naturellement, ce jour-là la présence du mari est obligatoire pour le recueil du sperme. Si le mari ne peut pas venir à la clinique le jour de la ponction, il faut informer d’avance le médecin. Dans cette situation, il est possible de congeler (dans l’azote liquide) le sperme du mari dans le but de l’utiliser le jour de la ponction. La ponction est réalisée sous l’anesthésie intraveineuse, après, la patiente reste dans clinique pendant 1 ou 2 heures. Après la ponction, il n’est pas recommandé de conduire.

En cas de douleurs aiguës et de plaintes les premières 24h après la ponction, il faut contacter le docteur immédiatement.

2.3. La fertilisation des ovocytes s’effectue 3 ou 8 heures après leur collection.

On utilise deux types de la fécondation artificielle:

2.3.1. La fertilisation routine (normal)

Pour l’effectuer, vous devez avoir au moins 10 millions de spermatozoïdes mobiles actifs dans le volume total de l’éjaculat, après une manipulation spéciale. On ajoute le montant minimum de sperme dans la boite de Pétri.

2.3.2. ICSI (l’introduction de sperme dans le cytoplasme de l’ovocyte)

Il est utilisé même avec des changements minimes dans le sperme. Au moment de l’exécution de cette manipulation un spermatozoïde sélectionné est injecté à l’aide d’un dispositif spécial (le micromanipulateur) et le micropipette dans un ovule. Il existe des indications supplémentaires pour cette manipulation : l’obtention de petites quantités d’ œufs (5 ou moins), l’échec du traitement précédent, etc. Dans tous les cas, parfois les médecins prennent des précautions afin d’atteindre le montant maximal d’ovocytes fécondées. Naturellement, il est souhaitable de décider de la nécessité de l’ICSI au début du traitement de l’ART, mais parfois, la nécessité de cette procédure peut surgir le jour même de la ponction. Le médecin vous informe à propos de cela après la préparation du sperme du mari pour la fécondation.

2.4. La culture d’embryons

16 ou 18 heures après la fécondation artificielle on peut estimer son résultat. Les embryons ont été transférés dans un milieu frais pour continuer la culture.

Le transfert d’embryons est effectuée le 2e ou 5e jour de la culture. Le jour souhaitable pour le transfert dépend de nombreux facteurs. Toutefois, il n y a aucune données concluantes sur les jours les plus avantageux du développement embryonnaire pour le transfert dans l’utérus. Lors du transfert au 5e jour un embryologiste a plus de critères pour la sélection des embryons, mais seulement 40 % des embryons « survivent » jusqu’au 5e jour. Les embryons de bonne qualité qui n’ont pas été transférés doivent être congeler pour une possible utilisation dans les cycles de traitement ultérieurs.

2.5. Le transfert d’embryons

Le transfert d’embryons est effectué du 2e au 5e jours. Le jour souhaitable pour le transfert dépend de nombreux facteurs. La procédure du transfert d’embryons n’est pas dangereuse, elle est indolore et ne nécessite aucune anesthésie.La question du jour du transfert d’embryon est décidé par le médecin dans chaque cas particulier. Après le transfert d’embryons, vous restez au lit pendant 30 minutes. Après le transfert d’embryon, il est recommandé de poursuivre une vie habituelle, mais vous devez respecter le repos au niveau physique et sexuel.

2.6. Soutien de la phase lutéale

Après le transfert d’embryons, le médecin prescrit des médicaments pour le soutien de la phase lutéale. Habituellement, ce sont les injections de progestérone, Duphaston, Utrogestan. Dans des situations différentes, d’autres médicaments peuvent être utilisés.

Soyez attentif, suivez toutes les recommandations du docteur!

2.7. Le diagnostique de la grossesse

Le diagnostique de la grossesse est effectué, en général par la détermination du niveau de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) dans le sang, 12 ou 16 jours après le transfert d’embryons dans la cavité utérine. Dans certaines situations, il est recommandé de répéter le test au bout de 2 ou 3 jours. Il est très important de ne pas ignorer les prescriptions du médecin même s’il y a des saignements, qui peut être considérer comme le début de la menstruation. Ce genre d’auto-traitement peut conduire à la perte du bébé en cours de cette grossesse tant attendue.

La fiabilité des tests urinaires, en particulier dans les premiers termes de la grossesse, n’est pas à 100 % sûr.

En cas de résultat positif du niveau de hCG dans le sang la thérapie continue, l’échographie se fait 28 ou 30 jours après le transfert d’embryons. En cas de plaintes (douleur, saignement, etc),vous devez les signaler à votre médecin. A partir de 6 ou 8 semaines du bon développement de la grossesse, la femmes enceinte doit se faire enregistrer dans la département prénatale.

En cas de résultat négatif du niveau de hCG dans le sang, la thérapie de soutien est annulée et 3 ou 5 jours après les règles commencent, parfois même abondante.

Dans cette situation, ne désespérez pas. Le traitement de l’infertilité exige de la patience !